Paroles d'élus

Gilles Liébus et Gérard Lavastrou s'expriment sur la création du nouvel office de tourisme Vallée de la Dordogne

Gilles Liébus

Notre office de tourisme, encore récent, n’a eu de cesse de travailler au service des prestataires touristiques du territoire sans lesquels notre économie locale souffrirait beaucoup. Nos moyens ont été concentrés sur l’accueil - 350 000 personnes/an - sur la communication et notamment Internet, le média incontournable.

Vous avez vu la transformation de nos offices associatifs à la visibilité locale en un office capable de rivaliser avec les plus grands - campagne dans le métro londonien, site web avoisinant le demi million de visiteurs par an en à peine 2 ans d’existence. Nous avons pour cela engagé de gros moyens.

Passer à la vitesse supérieure

Aujourd’hui, malgré des efforts financiers conséquents, nous avons besoin de passer à une vitesse supérieure. Que l’on soit sur la rive droite ou gauche de la Dordogne, nos clients sont les mêmes, alors pourquoi se faire de la concurrence sur ces clients et pourquoi ne pas aller, ensemble en chercher d’autres ?

Le ministère du tourisme nous a donnés raison en reconnaissant la vallée de la Dordogne comme destination majeure à promouvoir à l’international.

Ce nouvel office de tourisme sera donc un des outils pour réussir ce pari ambitieux.

Gérard lavastrou

La Vallée de la Dordogne représente la moitié de la fréquentation touristique du département de la Corrèze. Notre territoire bénéficie d’un potentiel touristique fort par la richesse de son offre et vient d’être reconnu par le ministère du tourisme comme l’une des 20 destinations majeures à promouvoir à  l’échelle mondiale.

Fortes de cette reconnaissance nationale et  face à l’évolution des comportements touristiques, nos six Communautés de Communes, membres du Syndicat Mixte Vallée de la Dordogne Corrézienne, ont souhaité unir leurs moyens et harmoniser leur stratégie dans une logique de destination unique : la Vallée de la Dordogne.

Ce projet ambitieux pour notre territoire est partagé par le Syndicat Mixte du Pays Vallée de la Dordogne (Lot) avec lequel nous souhaitons revoir notre structuration touristique par la création d’un nouvel Office de Tourisme commun aux deux rives à compter du 1er janvier 2016.

2015 année charnière

2015 est une année charnière, des conventions de partenariat ont été signées en début d’année afin de favoriser la mutualisation des savoir-faire et des moyens, la convergence de certains outils de promotion et de communication, l’information et la formation à l’échelle de la Vallée de la Dordogne.

Les étapes de la mise en place du nouvel Office de Tourisme nécessitent des modifications statutaires des collectivités et syndicats qui s’échelonnent sur plusieurs mois. Il y a, par ailleurs, une multitude de petits détails à régler pour faire en sorte qu’il y ait une continuité au 1er janvier 2016.
Collectivités et Offices de Tourisme participent à la construction de notre futur Office de Tourisme : tous travaillent activement à la mise en place de ce nouvel outil qui sera au service du développement de notre territoire et de ses prestataires.

Parce qu’ensemble, nous sommes plus forts !

Questions à Gilles Liebus et Gérard Lavastrou

Pourquoi avoir choisi de fusionner les OT PVDC et Vallée de la Dordogne (Lot) ?

Gilles Liébus : La fusion est conforme à la logique portée depuis la création du projet. Côté Lot, la marque de territoire initialement affirmée - Vallée de la Dordogne-Rocamadour-Padirac - s’est  rapidement imposée comme la destination « Vallée de la Dordogne » car elle est forte, elle parle aux touristes.
Cette marque n’est pas exclusive, c’est une marque ombrelle que tout le monde peut et doit s’approprier, collectivité, population locale et bien sûr prestataires touristiques. Toutefois, elle n’empêche pas – et c’est heureux - de communiquer sur nos points forts comme Rocamadour, Collonges-la-Rouge ou Padirac.

Gérard Lavastrou : Les avantages de cette fusion sont décisifs

  • Une marque unique et forte au service d’une même destination partagée.
  • L’absence de concurrence entre 2 territoires qui œuvrent pour un même objectif
  • Mutualisation des moyens financiers à l’heure des baisses des moyens des collectivités locales
  • Fusion des équipes pour un plus grand professionnalisme
  • Economies d’échelle mises au service du développement touristique

Quelles actions vont être mises en place ?

Gérard Lavastrou : Suite la signature récente du contrat de destination le nouvel OT mettra en œuvre le plan d’actions approuvé par l’ensemble des partenaires. Les principaux axes de travail sont la structuration et la diversification de l’offre, l’accueil de qualité (s’appuyer et valoriser les labels marqueurs de qualité), la communication numérique et la promotion internationale.
Nos acteurs touristiques seront soutenus et encouragés dans leurs efforts d’innovation et d’amélioration de la qualité. Le tourisme est une activité économique à part entière de notre territoire : notre patrimoine, notre environnement, notre gastronomie, nos savoir-faire ne sont pas délocalisables.

Gilles Liébus : L’idée majeure est de mobiliser nos moyens pour être encore plus efficaces dans un contexte de forte concurrence. Nous souhaitons nous concentrer sur les intérêts de nos prestataires. Etre en capacité d’accueillir le mieux possible, toujours plus de touristes ; mais aussi renforcer notre notoriété pour plus d’attractivité.
Cela passe par Internet avec des sites performants et des réseaux sociaux réactifs... et du monde qualifié pour animer la démarche. La vente en ligne des hébergements et de la billetterie demeure plus que jamais une priorité. Enfin, la mise en place d’une promotion nationale et internationale sera d’autant plus efficace qu’elle sera relayée par Atout France dans le cadre du contrat de destination.

Quelles retombées pour le territoire et les prestataires ?

Gilles Liébus : Le tourisme, c’est de l’économie ; un office de tourisme est un des outils de développement  dont les 1ers rôles sont  de se mettre au service du territoire, d’en assurer sa promotion, d’accueillir le public mais aussi et surtout d’accompagner  les prestataires locaux.
C’est tout le sens de la représentation des professionnels au sein de l’instance dirigeante (comité de direction) de ce futur office de tourisme. (voir schéma).
Le rôle de l’OT reste donc inchangé mais les moyens et les effets sont accrus par la fusion. Notre priorité est de rester un service de proximité pour nos partenaires. Ils auront au sein de l’office de tourisme des interlocuteurs privilégiés et identifiés selon leurs activités.

Gérard Lavastrou : les 1ers effets se retrouvent déjà dans le mode de gouvernance choisi. Au sein de ce futur OT, nous aurons la stricte parité de représentation entre prestataires corréziens et lotois. Au lieu d’être nommés, nous avons voulu qu’ils soient désignés par leurs pairs. J’espère que bon nombre d’entre vous s’engagera à nos côtés pour  bâtir une stratégie commune au service de chaque prestataire local vivant du tourisme. Dans un secteur de forte concurrence, nous devons pourvoir apporter plus de visibilité à notre territoire. C’est le moyen de séduire plus de touristes donc plus d’activité pour tous.